EELV Nord Pas de Calais Picardie pour le rassemblement alternatif à gauche derrière Sandrine Rousseau

Reprise du communiqué de presse transrégional du 12 septembre 2015 cosigné par les secrétaires régionaux (Vincent Dhélin -NPDC- & Thierry Brochot -Picardie-)

Les militants EELV Nord Pas de Calais et EELV Picardie étaient appelés samedi 12 septembre à Lille à décider de leur stratégie pour les élections régionales.

La motion portée par Sandrine Rousseau, cheffe de file des écologistes pour les élections régionales, qui propose un rassemblement contre la droite et l’extrême-droite, alternatif au PS, et ouvert aux formations politiques et aux citoyens qui adhèrent au projet de transformation écologique et sociale de la grande Région, a obtenu 74,46% des suffrages exprimés.
Pour Vincent Dhelin, secrétaire régional EELV Nord Pas de Calais et Thierry Brochot, secrétaire régional EELV Picardie,  « le choix des militants est clair, après des échanges et débats qui se sont déroulés dans une ambiance studieuse et respectueuse de tous ».

 

Pour rappel, le dimanche 10 mai, le conseil fédéral d’EELV a désigné ses 13 chefs de file pour porter les couleurs de l’écologie politique pour les régionales, dont les élections auront lieu les 6 et 13 décembre prochains. Parité oblige chez EELV, voire « parité plus », ce sont 7 femmes et 6 hommes qui ont été désignés pour les 13 régions. Pour le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, c’est Sandrine Rousseau qui a été désignée par le Conseil fédéral après avoir été plébiscitée le 25 avril par les adhérent-es de notre grande région.

Sandrine-RousseauA 43 ans, Sandrine Rousseau est enseignante-chercheur en économie de l’environnement et est auteure de huit ouvrages, dont Manuel de survie à l’usage des femmes en politique (2015). Sandrine Rousseau rejoint Europe Ecologie en 2009 et est élue en 2010 vice-présidente de la région Nord-Pas-de-Calais en charge de l’enseignement et de la recherche. Elle est depuis 2013 porte-parole nationale d’EELV.

Sandrine Rousseau portera un projet écologiste ambitieux pour notre grande région, alternative aux modèles périmés. Un projet pour une région qui restaure la biodiversité, préserve la santé des habitants et le développement économique au service de tous les territoires. Un projet pour une région écologique, solidaire, juste et ouverte!

Les adhérent-es d’EELV Nord – Pas-de-Calais Picardie seront toutes et tous présent-es auprès de Sandrine Rousseau pour porter haut et fort les couleurs de l’écologie politique. Parce qu’il n’y a pas d’écologie sans les écologistes !

Et pour information, les écologistes ont lancé dès le printemps dernier un temps d’échanges, de débat et de préélaboration programmatique, via les ateliers de la grande région. En voici la démarche :

  • Il y a d’abord le péril climatique, qui érode déjà notre littoral, modifie notre environnement et frappera de plein fouet notre région et notamment les plus modestes.
  • Il y a ensuite l’impérieuse nécessité d’investir dans des activités créatrices d’emplois durables et de mener la transformation écologique et sociale de notre grande région en veillant à l’égalité entre territoires.
  • Il y a enfin le risque de voir la Région gouvernée par l’extrême-droite ce qui signifierait une régression sans précédent et une dangereuse hypothèque sur l’avenir.

Pour permettre à la région de trouver un nouveau modèle de développement, Europe Écologie Les Verts souhaite prendre le temps du débat et de la confrontation des idées. Qu’est-ce qui aujourd’hui rassemble la gauche et les écologistes, et quels sont nos désaccords. A l’heure où il est urgent de trouver un modèle respectueux de l’environnement et des êtres humains, EELV a donc pris l’initiative d’organiser trois ateliers pour en débattre sereinement :

  • Samedi 30 mai – Hénin-Beaumont – Contre le dérèglement climatique, contre l’effondrement de la biodiversité : quelle politique socialement juste ?
  • Samedi 6 juin – Amiens – Comment éviter une région à deux vitesses ?
  • Samedi 13 juin – Lille – Où investir pour créer des emplois durables et permettre aux habitants de la région d’y accéder ?

Remonter